Le glyphosate : l’Union européenne se prépare à statuer sur son futur

Prolongation de l'autorisation d'utilisation en question

© Consommer-responsable.com - Le glyphosate : l’Union européenne se prépare à statuer sur son futur

Consulter Masquer le sommaire

Face aux divergences sur le devenir du controversé herbicide glyphosate, les Vingt-Sept ont été appelés à statuer ce vendredi 13 octobre sur la proposition de la commission de Bruxelles visant à étendre l’autorisation du produit chimique pour dix ans au sein de l’Union européenne.

En septembre dernier, la Commission européenne avait proposé de renouveler cette autorisation jusqu’en décembre 2033, sous certaines conditions, suite à un rapport d’un régulateur européen qui affirmait que le niveau de risque ne justifiait pas l’interdiction du glyphosate.

Depuis jeudi, cette proposition a été discutée au sein d’un comité technique composé de représentants des États membres, devant se prononcer par vote ce vendredi.

À lire 3 signes du zodiaque pourront voir un vieux rêve se concrétiser

Réactions et positions divisées des États membres #

Plusieurs pays membres ont salué cette proposition, tandis que d’autres plaident pour des restrictions supplémentaires spécifiques. Cependant, lors des récentes négociations, une grande majorité ne soutient pas cette idée, a assuré Stella Kyriakides, commissaire à la santé.

Or, ces différences affichées par les Européens pourraient compliquer l’obtention de la majorité qualifiée nécessaire – soit 15 des 27 États représentant au moins 65 % de la population européenne. Ainsi, en raison de divisions au sein de la coalition gouvernementale de Berlin, l’Allemagne ne soutiendra pas une prolongation de l’autorisation selon un porte-parole du ministère allemand de l’Agriculture.

Position de la France #

De son côté, la France s’oppose à toute interdiction sans solution de remplacement pour les agriculteurs. Elle plaide en faveur d’une approche qui restreint l’utilisation du glyphosate aux seules utilisations pour lesquelles aucune alternative viable n’existe. Cette méthode est également envisagée au niveau européen par le ministère français de l’Agriculture.

Le glyphosate est une substance active de plusieurs herbicides, dont le Roundup de Monsanto, largement utilisé à travers le monde et classé comme probablement cancérogène par l’Agence internationale de recherche sur le cancer (IARC) en 2015.

À lire Secret du gratin dauphinois : il est inratable avec ce truc de grand-mère

Contrastes entre avis de l’IARC et de l’EFSA #

À l’inverse, l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) a assuré en juillet dernier qu’elle n’avait identifié aucune préoccupation critique concernant la santé humaine ou l’environnement qui empêcherait l’autorisation du glyphosate. Bruxelles propose donc quelques mesures de sauvegarde, telles que l’établissement par défaut de zones tampons de cinq à dix mètres et la réduction drastique des dérives de pulvérisation avec du matériel adéquat, tandis que l’utilisation pour la dessiccation serait interdite.

Rôle et responsabilités des États membres #

Si la substance active est approuvée au niveau de l’UE, chaque État membre reste responsable de la délivrance des autorisations concernant les produits à base de glyphosate et des règles d’utilisation en fonction des cultures, conditions climatiques et spécificités géographiques. Bruxelles demande aux États membres d’évaluer les effets potentiels sur l’environnement et la biodiversité, les co-formulants et l’exposition des consommateurs aux résidus, tout en garantissant la protection des eaux souterraines ou de surface : les États pourraient donc limiter l’utilisation du glyphosate, mais seulement dans le cadre des critères fixés par l’UE.

Éventualité d’une décision unilatérale de la Commission européenne #

Dans le cas où il n’y aurait pas suffisamment de soutien pour la proposition, la Commission sera alors habilitée à décider seule la question de l’autorisation de l’herbicide – seulement une majorité qualifiée des États s’opposant au texte pourrait bloquer cette dernière.

Consommer-responsable.com est édité de façon indépendante. Soutenez la rédaction en nous ajoutant dans vos favoris sur Google Actualités :